Hilda : La douce pépite animée de Netflix ! 🍃

En pleine période de « Peak TV », il y a les séries que l’on attend impatiemment, et celles que l’on découvre sur le tard. Dans mon cas, la charmante Hilda aura fait partie de cette dernière catégorie.
Lancée le 21 septembre 2018, en exclusivité sur Netflix, cette production animée, aussi mignonne qu’inventive, ayant notamment remporté trois Annie Awards, nous invite à suivre le parcours d’une jeune enfant, habituée à une vie en pleine contrée sauvage, se voyant obligée de déménager dans la grande cité de Trollbourg.

Apparue pour la toute première fois en 2010, l’intrépide Hilda était, à l’origine, l’héroïne d’une bande dessinée éponyme, toujours en cours de publication, créée par le britannique Luke Pearson. Accessibles par chez nous grâce à l’éditeur Casterman, les différents tomes déjà disponibles ont récemment bénéficié d’un sérieux regain de popularité grâce à l’avènement, à la rentrée dernière, d’une série animée lancée sur Netflix à travers le monde. Reprenant trait pour trait la direction artistique, si atypique, du matériel originel, elle nous invite à suivre, tout au long de ses 13 épisodes, d’une vingtaine de minutes chacun, les tribulations de l’énergique et inventive héroïne, vivant avec sa mère dans un charmant petit chalet situé au beau milieu de vastes contrées forestières, où l’automne semble perpétuellement présente, inspirées, par bien des aspects, de la Scandinavie, de son folklore et de ses contes populaires.
Chaque jour, bien accompagné de son fidèle renard-cerf Brindille (oui, il s’agit véritablement d’un renard-cerf), elle vit de palpitantes aventures aux côtés de créatures souvent mystérieuses, parfois dangereuses, mais cependant toujours étonnantes.

À la suite d’un accident malencontreux, elle et sa mère se retrouvent, néanmoins, tristement contraintes de devoir quitter ce petit paradis que sont ses terres si chères à leur cœur pour se diriger au sein de la grande ville de Trollbourg.
Habituée à cette vie de bohème, Hilda a bien du mal à accepter ce changement de quotidien si radical, surtout lorsqu’elle apprend que cette commune est entourée d’un grand mur de brique ayant pour objectif de repousser les trolls et autres populations extérieures. Néanmoins, la jeune enfant va bien vite apprendre que les mythes et légendes peuvent se cacher partout, et surtout là où on ne les attend pas…

766CB438-0F47-4296-8245-7804A80A91EA
Créatures bien difficiles à décrire, les Woffs peuvent être aperçus à de très nombreuses reprises lors des pérégrinations d’Hilda au sein des luxuriantes contrées sauvages.

Une véritable sucrerie télévisée !

Face à l’arrêt d’Adventure Time, dont les derniers épisodes furent diffusés en septembre 2018, Hilda était la bouffée d’air frais dont j’avais besoin en cette période où le printemps approche à grands pas. Elfes accrocs à la paperasse, géants mélancoliques, étranges bonhommes de bois… l’univers de l’oeuvre est aussi foisonnant que celui de sa grande sœur de Cartoon Network… et forcément, on en redemande à chaque nouvel épisode visionné.

L’ambiance y est chaleureuse, agréable, comme dans un petit cocon que l’on souhaiterait rejoindre lorsque le monde extérieur est parfois trop oppressant et déprimant. Derrière ses innombrables thématiques abordées, Hilda est une série optimiste et joyeuse comme il y en a trop rarement. Il est par ailleurs très rare de la voir faire preuve de cynisme, seules les créatures magiques semblent blasées de leur existence, et ce, même si tout n’est pas rose dans cet univers aux tonalités pastel. On y parle notamment de la peur de l’autre, de la perte, d’environnement, d’administration et même de l’importance de toujours croire en quelque chose. Tout cela se fait toujours avec le plus grand des respects et une bienveillance communicative, deux qualités essentielles qui manquent pourtant bien souvent dans notre société actuelle.

5CB10E88-86B2-48B6-9657-6D3FFA7846BF
Totalement cynique, le bonhomme de bois est un être étrange, mélomane et unique ayant la fâcheuse tendance à s’incruster chez les gens sans en demander la permission. Au moins, il apporte toujours des bûches pour la cheminée l’hiver…

D’ailleurs, la pâte graphique minimaliste de la série va dans ce sens. Simple, mais jamais simpliste, elle ne peut que ramener le spectateur dans le doux monde de l’enfance, de l’innocence, ou même le plus terrible danger prend la forme de créatures colorées. La magie est présente à tous les coins de rues et les personnages secondaires s’avèrent également tout aussi attachants que notre sympathique protagoniste aux cheveux bleus.
Il y a d’abord sa mère, Johanna, une femme compréhensive, à l’âme d’artiste, à la fois travailleuse, mais toujours présente pour répondre du mieux qu’elle peut aux besoins et interrogations de sa fille. Impossible de ne pas parler également des deux meilleurs amis d’Hilda qu’elle rencontrera dans la métropole : Frida, une enfant amicale, sérieuse, à cheval sur les règles, membre des scouts de Trollbourg et totalement habitée par un besoin maladif d’atteindre la perfection dans la majorité des situations, et David, le cadet de la troupe, lui est toujours peureux, un trait de caractère qui lui occasionnera bien des ennuis, au point de se retrouver impliquer régulièrement dans des mésaventures improbables.

Outre ce petit monde composé, jusqu’alors, exclusivement d’humain, l’autre compagnon fidèle d’Hilda se prénomme Alfur Aldric. Il s’agit d’un elfe minuscule coiffé, comme ses comparses, d’un petit chapeau pointu. Extrêmement pointilleux sur l’organisation et la ponctualité, ce dernier décide de suivre la jeune héroïne lors de son déménagement dans la grande ville afin de découvrir le monde pour la toute première fois de sa vie.

5BCDDBA3-5EFD-476D-8A01-DDEB04F1FDB5
Invisible pour le commun des mortels, le peuple des elfes ne se révèle à l’œil nu d’un humain qu’après que ce dernier ait accepté d’apposer une multitude de signatures sur d’innombrables contrats.

Une enveloppe sonore magistrale pour un programme parfaitement familial…

Point important à préciser, que ce soit à la télé ou sur papier, Hilda est adapté à toutes les tranches d’âge, aussi bien pour les petits que les grands enfants. Tout le monde y trouvera son compte grâce à des intrigues courtes et indépendantes qui se lient malgré tout par le biais d’un fil rouge qui se déroulera entièrement durant le grand final.

Côté sonore, un petit mot sur la version française est de rigueur, puisqu’elle s’avère être de très bonne facture. Les voix sont douces, justes et ne viennent jamais entacher toutes les autres qualités de la série. Jaynelia Keita double ainsi Hilda, Dorothée Pousséo se charge de donner du coffre à David et Leslie Lipkins incarne brillamment Frida.
Enfin, la bande originale bénéficie également d’un soin tout particulier. Outre un générique entraînant que l’on doit à la chanteuse canadienne Grimes, l’accompagnement musical oscille entre des sonorités reposantes et d’autres bien plus énergiques, en adéquation parfaite avec l’ambiance voulue par le programme à chaque chapitre. Pour advenir à ce résultat, elle se compose essentiellement de morceaux surprenants qui mélangent habilement la folk et l’électro. Une fois la découverte de la série achevée, nul doute que vous prendrez un plaisir fou à les réécouter.

Au final, il semble bien difficile de reprocher quoi que ce soit à Hilda, tant l’entièreté du projet fait preuve d’une remarquable sincérité. Autant dire qu’à l’heure de faire le point, il en devient très facile d’ajouter qu’il s’agit probablement de l’un de mes plus gros coups de cœur de ce début d’année 2019.

EN BREF : Adaptant les quatre premiers tomes de la BD imaginé par Luke Pearson, les 13 épisodes d’Hilda sont une véritable réussite, purement et simplement. On rit, on sourit, on s’émeut et on s’émerveille face à cet univers enchanteur et créatif qui nous ouvre ses portes durant cette petite parenthèse animée. Véritable ode à l’amitié et à l’aventure, Hilda est une douce production à dévorer d’urgence, seul.e ou en famille, pour pallier aux instants de déprime qui peuvent parfois se joindre à notre quotidien.
À consommer soigneusement avec une bonne tasse de thé bien chaude.

Bonne nouvelle, une saison 2 est d’ores et déjà prévue. Rendez-vous sur Netflix en 2020.

HILDA EN CHIFFRES (ET EN LETTRES) :1D8CFE61-B101-40A2-972C-5D349051A50D

  • Genre : Animaux fantastiques
  • Créée par : Luke Pearson
  • Produit par : Silvergate Media / Mercury Filmworks
  • Sortie le : 21 septembre 2018
  • Disponible sur : Netflix
  • Avec les voix originales de : Bella Ramsey (Hilda), Daisy Haggard (Johanna, la mère), Ameerah Falzon-Ojo (Frida), Oliver Neleson (David), Rasmus Hardiker (Alfur), Ako Mitchell (l’Homme de Bois)
  • 13 chapitres de 24 minutes
  • 1 saison complète
  • 6 sorcières gothiques
  • 3 amis inséparables
  • 2 géants amoureux
  • 1 étrange bonhomme de bois
  • 1 adorable renard-cerf
  • Suivez l’actualité de Netflix France sur Facebook et Twitter.
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s