[TEST] : Shadow of the Colossus sur PS4 – Une épopée mystique, colossale et intemporelle !

Bien que le terme puisse paraître galvaudé au fil des années, chaque culture dispose de ses chefs-d’œuvre et le jeu vidéo ne déroge pas à la règle. Paru en 2005 sur PlayStation 2, Shadow of the Colossus est considéré, par beaucoup et à raison, comme l’un de ceux-là. Tel le phœnix, le titre de la Team ICO renaît de ses cendres en 2018 dans une version remagnée et embellit sur PS4. Simple coup de bistouri, à la manière du remaster sorti en 2011 sur PS3, ou refonte complète, c’est ce que nous allons vérifier ensemble tout au long des lignes suivantes…

Déjà 13 années que Shadow of the Colossus a fait sa première incursion sur le marché du jeu vidéo. Devenu au fil du temps l’un des Saints Graal de la console de Sony, le titre nous invite à prendre le contrôle de Wander, un jeune homme, uniquement armé de son épée et d’un courage à toute épreuve, parti en quête de Dormin, une mystérieuse entité représentant le seul espoir pour lui de retrouver Mono, sa bien-aimée ayant perdu la vie après avoir été sacrifiée en raison de son destin maudit. Rien ne s’obtenant sans rien, l’inquiétant esprit, une fois trouver, le met au défi de terrasser 16 colosses, éparpillé au sein des terres interdites où seule la mélancolie semble encore subsistée. Une fois la tâche accomplit, ce dernier prendra la peine d’exaucer son vœu le plus cher… mais le chemin ne sera pas de tout repos et il pourrait même avoir de terribles conséquences.Avec Agro, le fidèle destrier de ce guerrier en devenir, vous voilà lancé à la poursuite de ses créatures aussi gigantesques que dangereuses. Si l’aventure principale n’évolue à aucun instant, le plaisir de la (re)découvrir reste intact tant sa narration, toujours aussi originale et minimaliste, n’a pas pris la moindre ride.
À ce sujet, le talent de son créateur, Fumito Ueda, déjà à l’oeuvre sur d’autres pépites de la planète vidéoludiques telles que l’indémodable ICO ou le plus récent The Last Guardian, ni est assurément pas étranger…SOTC_Screen_PS4_PGW17_00006_1509389510
En touchant le joueur avant tout grâce à des images que par des dialogues, Shadow of the Colossus peut surprendre au premier abord. Sa réflexion et son message se révèlent essentiellement grâce à des non-dits et chacun pourra avoir sa propre interprétation des événements se déroulant à l’écran. Un pari osé mais totalement assumé de bout-en-bout qui aura surpris autant que divisé lors de sa première apparition.

Les bons gros géants !

Annoncé en grande pompe lors de la conférence de PlayStation à l’E3 2017, cette mouture PS4 bénéficie essentiellement d’une métamorphose visuelle. Sur ce point, le studio américain Bluepoint Games (Uncharted: The Nathan Drake Collection, Gravity Rush Remastered…) a parfaitement su tirer parti de la puissance de la dernière machine de Sony. Chaque plan, texture et créature ont été retravaillés de A à Z afin d’offrir un confort graphique des plus appréciables avec une prise en charge du combo 4K/HDR (ou 1080p/60fps) sur PS4 Pro.SOTCSE_Screen_PS4_PSX17_2_1512804659 Les bois et forêts semblent désormais plus vivants grâce à une végétation plus présente, l’eau profite également d’un rendu plus dynamique et les effets de lumière se montrent, eux, bien plus précis et chatoyants. Néanmoins, c’est bel et bien lors des affrontements avec les colosses que cette refonte nous démontre tout son intérêt. Apparaissant plus majestueux que jamais, les géants bénéficient d’animations plus authentiques tandis que leurs fourrures et écailles bougent à chaque mouvement et au gré des rafales de vent. Évidemment, le gigantisme de ce bestiaire n’a jamais été aussi bluffant et réussir, après mainte-tentative, à escalader l’une de ses créatures pour réellement débuter l’affrontement est tout bonnement grisant.
Chacun des combats fait preuve d’une virtuosité indéniable et réussir à terrasser l’un de ses monstres en lui assénant le coup qui lui sera fatal vous provoquera assurément un étonnant sentiment de puissance doublé d’un petit pincement au cœur. Ses séquences, où l’intensité se fait démesurée, se voient sublimer par une partition musicale prodigieuse signée Kow Otani.

SOTC_Screen_PS4_E32017_04_1497330955.png

Vous l’aurez compris, cette émotion palpable est le gros point fort du jeu. Malheureusement, ce dernier n’est pas exempt de défauts, certes minime, mais parfois très irritant. S’il serait injuste de condamner cette ressorti de Shadow of the Colossus par les quelques lignes qui vont suivre, retrouver certaines failles déjà pointer du doigt à l’époque est fortement dommageable. SOTCSE_Screen_PS4_PSX17_4_1512804661Si la beauté de l’ensemble n’est plus à prouver, certaines séquences se retrouvent tristement gâchées par une caméra particulièrement capricieuse voire incontrôlable lors des séquences d’explorations. Ne sachant plus se replacer dès qu’un élément se positionne au travers de sa route, elle reste cependant très maniable et ne vous causera que peu de soucis lors des joutes avec vos adversaires.
Se comportant très souvent comme un cheval mal dressé, Agro sera également l’instigateur de nombreux soupirs d’énervement, tant l’exploration, une fois installé sur son dos, peut vite devenir un calvaire.

Formule complète !

Si la rejouabilité du titre est finalement assez anecdotique, Shadow of the Colossus bénéficie en revanche d’un mode NewGame+ déblocable une fois l’aventure principale clôturée. En outre, il est possible de récupérer tout au long de la partie un lot conséquent d’artworks visible ensuite dans les menus. Divisés en quatre catégories distinctes, ils permettent, entre autres, de découvrir plus en détails le design des personnages, des environnements et même de comparer l’évolution technologique séparant les versions PS2 et PS4. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat est tout simplement bluffant…
À tout cela, s’ajoutent évidemment les habituels trophées PSN, ici au nombre de 38, un mode photo des plus complets et un prix relativement léger de 39,99€. Réussira-t-il de cette manière à convaincre un maximum de joueurs, y compris les plus réticents, de se lancer à la découverte de ses contrées sauvages ? C’est tout le mal que je lui souhaite.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

EN BREF : Les années passent et pourtant, l’aura autour de Shadow of the Colossus fonctionne toujours à merveille. En s’imposant encore aujourd’hui comme l’une de ses expériences uniques qu’il serait dommage de louper, le titre de la Team ICO m’aura charmé à chaque seconde de son épopée grâce à ses affrontements dantesques, son atmosphère poétique, sa direction artistique magistrale et son appel à la contemplation de ses panoramas épurés au photo-réalisme saisissant. Cette version PS4, remise au goût du jour et magnifiée graphiquement grâce au travail exemplaire de Bluepoint Games, se présente ainsi comme la meilleure des manières de découvrir ce chef-d’oeuvre majeur de l’industrie ayant inspiré moult-titre par la suite.

Exemple criant de la démesure qui frappe chacune des œuvres du studio japonnais, le Shadow of the Colossus de 2018 continue d’émouvoir autant qu’il transporte dans ses vastes contrées où le sentiment de solitude ne vous lâchera à aucun instant. Ne gommant malheureusement pas les principaux défauts déjà présents à l’époque sur la version originelle, ce remake insuffle un vent de renouveau dans un jeu dont la structure n’évolue pourtant guère. Tandis que le générique de fin défile sur mon écran, ses infimes anomalies ne viennent pourtant pas gâcher l’aventure qui vient de se dérouler sous mes yeux encore ébahis par ce voyage initiatique aussi sublime que touchant. Déjà bien servie en exclusivité de haute volée, la PlayStation 4 vient d’ajouter un nouvel indispensable à son line-up, à l’aube de la sortie du nouveau God of War. Shadow of the Colossus est-il l’une des claques inattendues de ce début d’année ? Peut-être bien oui, et si vous n’y avez jamais touché, ce serait une forte erreur de s’en priver.

SHADOW OF THE COLOSSUS EN CHIFFRES (ET EN LETTRES) :PS4_ShadowOfTheColossus_2D_FRE

  • Genre : Chasse aux géants
  • Sortie le : 06 février 2018
  • Disponible sur : PS4
  • Développeur : Bluepoint Games / Team ICO
  • Éditeur : Sony Interactive Entertainment
  • Prix : 39,99€
  • 16 colosses à terrasser
  • 1 jeune femme à sauver
  • 1 cheval incontrôlable
  • 38 trophées PSN
  • Temps de jeu personnel : 12h35
MERCI À PLAYSTATION FRANCE DE M’AVOIR PERMIS DE RÉALISER CE TEST.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s