[ÉDITO] : #MakeMineMilkshake ou la photo qui créa la discorde dans le monde des comics ! 🥛

Les débats et articles « engagées » ne sont franchement pas très nombreux sur le blog. Si cette absence fait partie d’un choix purement personnel, il ne faut surtout pas oublier que cette page reste avant tout un endroit d’échange et de partage autour de la pop culture où tout le monde peut discuter chacun dans le respect de l’autre. Alors quand Heather Antos, assistante éditrice de Jordan D. White chez Marvel sûr de nombreux comics dédiés à Star Wars (et muse du personnage de Gwenpool selon la légende), se fait lyncher sur les réseaux sociaux pour une simple photo entre amies, cela donne naissance au hashtag #MakeMineMilkshake et il est nécessaire d’en parler…

Petit rappel des faits, nous sommes le vendredi 28 juillet à 20h35 (heure française) quand Heather Antos décide d’aller déguster un délicieux milk-shake entourée de quelques amis également collaboratrice avec la Maison des Idées. Heureuse de l’instant, la jeune femme décide alors de prendre une photo et de la poster sur ses différentes pages, Twitter et Instagram en tête. Voilà, c’est simple et tout est bien qui finit bien… Fort malheureusement ce ne fût pas le cas et ce simple selfie aura déchaîné les internautes depuis son partage. La raison ? Des centaines de personnes n’hésitant pas à se lâcher dans les commentaires, lynchant et insultant chacune des filles présentent sur la photo, leur reprochant la vague de politisation dont on parle depuis quelque temps chez Marvel et en faisant de nombreuses « blagues » aussi immondes que vaseuses sur le viol. S’il est vrai que l’éditeur a souvent été au centre des débats durant ses dernières années pour ses récits nouveaux et ouvertement engagés, il serait temps de rappeler au monde que l’univers des comics et de la culture en général l’a toujours été… et ne l’a rarement caché. Chez Marvel, on pourrait notamment cité le personnage de Northstar qui a fait son coming-out en 1992, Luke Cage et Black Panther, figure emblématique de la culture afro-américaine, débarqués sur papier en 1972 et 1966  tandis que les femmes ne sont pas en reste avec les incontournables Elektra (1981), Jessica Jones (2001), Carol Danvers/Captain Marvel (1968) et Hellcat (1976). Le concurrent DC à lui aussi toujours pris soin d’explorer de nombreuses thématiques et personnalités, la relation plus où moins fantasmé par les fans entre Batman et Robin, la naissance de Wonder Woman en 1941 ou encore Maggie Sawyer, première mère homosexuelle de l’histoire des comic-books grand public intégrée en 1988 dans l’univers de Superman en sont le parfait exemple. Pour faire simple, la diversité, elle ne date pas d’hier.

Aujourd’hui, nous sommes en 2017 et les minorités sont bel et bien présentes et installées aussi bien dans notre quotidien que dans la société et elles n’ont aucunement besoin de se cacher. Le monde évolue et tend à corriger les inégalités parfois encore trop nombreuses, il est donc normal que les gens souhaitent voir des personnages qui leur ressemblent, aussi bien dans les films, les séries et les jeux vidéo que dans les comics, et soyons honnêtes, cela fait un bien fou de voir une évolution positive qui n’hésite pas à laisser les préjugés de côté dans la plupart des cas. Mockingbird (2) Pour beaucoup, la culture est une échappatoire et il ne faut surtout pas que cela disparaisse. Pourquoi certaines personnes ne pourraient bénéficier d’un héros les représentant à leur juste valeur ? Pour plaire à quelques arriérés effrayés de voir que le public aime la diversité ? Non, bien sûr que non et espérons que cela n’arrivera jamais. La beauté de l’être humain se fait dans sa différence et ça, tout le monde devra bien si faire, à un moment où à un autre. Les records impressionnants du Wonder Woman de Patty Jenkins (800M$ au box-office) sorti en juin dernier en sont la dernière preuve…

Le point positif de cette mini-polémique ? Voir le soutien sans failles offert par le public et de nombreux artistes par le biais du hashtag #MakeMineMilkshake (« On impose le milk-shake » en français) comme ce fut le cas en 2016 pour Chelsea Cain, auteure chez Marvel du fameux Mockingbird, qui avait elle aussi souffert de harcèlement moral sur les réseaux sociaux, la poussant à fermer son compte Twitter, après la publication d’une couverture de la série reprenant la phrase « ask me about my feminist agenda ». Pour terminer cet édito, il serait grand temps de répondre à la fameuse question. NON, les messages dans les comics, ce n’étaient pas mieux avant et à tous ceux qui pensent ou sont persuadés du contraire, sachez que Stan Lee a toujours été contre le racisme et la stigmatisation (et il n’a jamais cessé de le faire savoir) !

Bref, ce n’est pas tout ça, mais moi, j’ai comme une furieuse envie de milk-shake tout d’un coup…

La photo originale postée par Heather Antos :

Les réponses des internautes aux différents haters sur le hashtag #MakeMineMilkshake :

  • Envoyez des photos et messages de soutien avec le hashtag #MakeMineMilkshake.
  • Suivez Heather Antos sur Twitter et Instagram.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s