Rogue One : A Star Wars Story – La force est avec eux !

« Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… ». Soyons honnête, nous connaissons tous ou presque cette tirade culte officiant à chaque début d’un film de la saga Star Wars débutée en 1977 par George Lucas.  Une simple phrase qui évoque déjà beaucoup dans le cœur des fans les plus fidèles. Le nombre d’élément devenu incontournable au fil des années et nous rappelant à chacun de nombreux moments fort, c’est peut-être aussi pour cela qu’il est si difficile de s’attaquer à l’écriture d’une critique dans le cadre d’un nouvel épisode de cette série.
C’est pourtant ce à quoi je m’attelle aujourd’hui alors que je viens tout juste de sortir de ma salle de cinéma régionale où je suis allé voir « Rogue One : A Star Wars Story », un long-métrage pas comme les autres pour un article garantit sans spoiler…

Des étoiles pleins les yeux !

L’expression ne pourrait pas mieux correspondre à cette situation. Lorsque les premières notes résonnent dans la salle et que le titre s’affiche en grand sur l’écran, c’est littéralement ce sentiment qui nous envahit, comme si l’on replongeait pendant un peu plus de deux heures dans les méandres d’un univers vaste et fascinant que nous avions quitté il y a tout juste 1 an lors de la sortie de « Star Wars VII : Le Réveil de la Force » (The Force Awakens en V.O.). La fameuse guerre des étoiles nous entraîne instantanément dans cet autre monde qui nous émerveille, nous, les grands enfants que nous sommes restés.
Cette année, c’est un certain « Rogue One » qui débarque dans nos salles avant l’arrivée le 15 décembre 2017 du fameux épisode VIII.
nullRevenons cependant à nos ewoks… Comme son nom l’indique, il s’agit en effet d’un spin-off, le tout premier pour la série, autant dire dès lors que l’attente était particulière. À l’horizon, aucune trace de la célèbre musique ou du fameux texte déroulant au tout début du film, pas même l’ombre d’un sabre laser, comme si l’envie de tranchée avec l’esprit originel de la saga avait pris le dessus lors de sa création. C’est cependant bien là que ce « Rogue One » puise sa force, devenant ainsi l’un des meilleurs opus de la saga ! (Oui, oui, je vous le jure…)

Maître Edwards aux commandes…

« Rogue One : A Star Wars Story » est un film sombre, très sombre. Une envie de son réalisateur, Gareth Edwards (déjà entrevu sur une production d’un tout autre genre, le « Godzilla » de 2014) qui souhaitait y démontrer la dureté de la guerre menée par les Rebelles pour mettre fin au règne de l’Empire Galactique.null
Pour les non-initiés, le film fait le lien entre la seconde trilogie et l’épisode 4, « Un Nouvel Espoir ». Il raconte les aventures d’un escadron partie en mission pour récupérer les plans de l’Étoile de la Mort, la nouvelle arme suprême qui fait frémir tous les peuples de la galaxie. Une histoire d’homme et de femmes, habituellement dans l’ombre des Jedi et autres Seigneurs Sith, qui se battent pour défendre leur conviction. Ce « nouveau » Star Wars se présente ainsi comme un film résolument humain et inscrit dans l’air du temps, montrant la dureté de la guerre, à l’heure où notre monde en subit les atrocités aux quatre coins du globe.
Un choc inattendu au premier abord mais qui se montre cohérent sur la durée, redonnant de l’espoir pour la franchise et faisant de lui LE Star Wars que nous n’osions espérer.
Les combats terrestres et aériens sont des plus convaincants, les scènes explosives sont légion tout comme les tirs de lasers telles des balles causant sur leurs passages des dizaines de pertes humaines. Ici, point de créatures attachantes et autres vannes habituelles, on laisse place à quelque chose de beaucoup moins radieux et à de l’action en bonne et dû forme.

Visionnez le premier trailer de « Rogue One : A Star Wars Story » :

Jouissif, poétique, beau et… réaliste

Évitant les raccourcis mais offrant cependant quelques longueurs superflues, « Rogue One » enchaîne néanmoins les scènes et les plans, toutes et tous d’une beauté ahurissante. Exemple avec la ville sainte de Jehda, ouvertement inspiré de Jérusalem et des fortifications antiques de Massada, ou encore Scarif, une planète inédite aux paysages idylliques inspiré des Maldives en proie à une terrible bataille, aperçu dans les différents trailers, qui démontre avec brio l’immense variété des décors, tous reconstruits ou 100% naturels afin d’ancrer encore un peu plus le film dans notre réalité. L’aspect authentique se montre aussi préservé grâce à son esthétique particulière. Pour la recréer, le directeur de la photographie, Grieg Fraser, a eu recours à des objectifs des années 1970 couplés cette fois-ci à la technologie numérique actuelle.giphy (5).gif
Attention toutefois, si les nouveautés sont assez nombreuses, on reste tout de même en terrain connu, le réalisateur n’a cependant pas eu peur de sortir l’univers de sa zone de confort. Si Gareth Edwards a bel et bien fait appel aux codes incontournables de la saga (batailles spatiales, AT-AT destructeur, Stormtroopers et droïdes de compagnie), c’était pour mieux les réinventer et les rendre ainsi beaucoup plus subtil qu’ils n’y paraissent. On y retrouve également de nombreux lieux emblématiques particulièrement appréciés des aficionados, revues et corrigés pour l’occasion, leur offrant un rendu du plus bel effet.
La base rebelle Yavin 4 en fait partie. Intégralement recréée pour l’occasion à l’échelle dans un hangar de l’aérodrome de Cardington au Royaume-Uni. Pour l’anecdote, le décor mesurait 106 mètres de long sur 60 de large une fois achevé.
Autre particularité qui se présente comme un gros point fort lors de la découverte du long-métrage, c’est la carte blanche qui semble avoir été offerte à Edwards, lui permettant ainsi d’offrir au public sa propre vision des aventures intergalactique, quitte à dérouter quelque peu les grands habitués sur certains aspects.

Rogue One 3.jpg

Les nouveaux héros…

Pour la plupart inédits, les protagonistes prennent vie à l’écran par le biais d’un casting convaincant et séduisant. Felicity Jones (Inferno, À la folie), Diego Luna (Elysium, Dirty Dancing 2), Forrest Whitaker (Le Majordome, Premier Contact) et Mads Mikkelsen (Hannibal, Doctor Strange, Casino Royale) côtoie ainsi Donnie Yen (lp Man, Iron Monkey), Ben Mendelsohn (Animal Kingdom, The Place Beyond the Pines) et Riz Ahmed (Night Call, Jason Bourne) pendant presque toute la durée du film offrant tout de même quelques caméos bienvenues d’illustre figure qui raviront les puristes. nullOn notera également la présence d’un nouveau droïde attachant, K-2SO, doublé avec brio en version originale par Alan Tudyk.

En bref : « Rogue One : A Star Wars Story » est un film d’action tout bonnement incontournable. Démontrant avec force l’horreur et la dureté d’une guerre fictive mais pourtant « réaliste », il réussit avec brio son envie de réinventer une saga qui commençait à tourner quelque peu en rond. Son ton sombre, haletant et bouleversant qui s’accompagne brillamment de panoramas léchés et tout bonnement épatant montre une fois de plus que la magie de Star Wars opère toujours et continue de s’étendre à travers les années. Il est aussi la preuve, s’il en fallait une, qu’à l’occasion, la Walt Disney Company n’a pas forcément peur de montrer un côté plus obscur.null
Le long-métrage n’échappe cependant pas à quelques défauts. Le récit donne lieu parfois à différentes longueurs inutiles, pour ne pas dire ennuyeuses, tandis que certaines scènes n’atteignent pas toujours l’émotion qu’elles auraient eu la possibilité de véhiculer. Peu importe et quoi qu’il en soit, ce « Rogue One » n’en reste pas moins un film fort et enivrant, que vous soyez un immense fan de la saga ou un simple amateur du genre.

Foncez-y les yeux fermés et que la force soit avec vous !

Entrez dans les coulisses grâce au making-of inédit :

rogue-one-a-star-wars-story« ROGUE ONE : A STAR WARS STORY » :

  • Réalisé par : Gareth Edwards
  • Sur un scénario de : Chris WeitzTony Gilroy
  • Avec : Felicity Jones (Jyn Erso), Diego Luna (Captain Cassian Andor), Donnie Yen (Chirrut Imwe), Forest Whitaker (Saw Gerrera) et Ben Mendelsohn (Director Orson Krennic)
  • Sortie : 14 décembre 2016
  • Durée : 2h14
  • Genre : Généreuse guerre des étoiles
  • Suivez l’actualité de la saga Star Wars sur Facebook et Twitter.

Prolongez l’expérience et combattez l’Empire grâce au mini-jeu exclusif disponible sur Messenger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s