French Tobacco en interview : « Mon nouveau single arrive à la rentrée » !

« Hey mate, you like French Tobacco ?! » Une phrase entendue à l’écart de Glasgow à la fin d’un concert permis à l’artiste de décider de son nom de scène. Sous cet étonnant patronyme se cache en réalité un jeune homme de 25 ans, passionné de musique depuis son plus jeune âge, découvert en 2010 au casting d’un célèbre télé-crochet musical. Avec sa voix éraillée et son look de cow-boy des temps modernes, cet auteur-compositeur-interprète français est en phase de devenir l’une de ses nouvelles sensations folk qui ne passera assurément pas inaperçu dans les prochains mois.
Publié en 2015, son premier album, « Straight Ahead », se présente comme une véritable ode aux voyages grâce à son mélange de sonorités cosmopolites. À vrai dire, cela n’a rien d’étonnant, les origines de l’artiste étant elle-même issues des quatre coins du globe : Suédois, Finlandais, Russes et Anglo-saxons.
Côté scène, il réalise depuis quelques années les premières parties de Nikki Yanofsky, Beth Hart, Jeff Beck, Melody Gardot ou encore Corson et sera de passage à Paris au WeVibes Festival le 24 septembre prochain.
C’est dans le cadre du festival Music en Ciel de Saint-Priest que j’ai eu l’occasion de partir à sa rencontre afin de lui poser quelques questions…

L’interview de French Tobacco :

FACE A :

Hello, première question essentielle à chaque début d’interview, est-ce que tout va bien ?
French Tobacco : Tout va très bien, je suis très content d’être là étant donné qu’il fait bon, un peu chaud certes mais c’est cool.
Ça fait du bien aussi de changer d’air étant donné que je voyage beaucoup. Je ne suis jamais venu à Saint-Priest mais ça donne envie en tout cas, le château est vraiment beau et les gens sont très sympa ici.

Pourrais-tu te présenter quelque peu aux lecteurs du blog ?
French Tobacco : Je m’appelle French Tobacco et je suis un artiste de 25 ans qui a commencé à jouer dans les pubs en Angleterre et qui petit à petit à fait son bout de chemin et qui arrive désormais juste ici. (Rires)
Mon style de musique, c’est de la new-folk et je sors un EP à la rentrée.

French Tobacco 02Le public te découvre en 2010 dans le télé-crochet « Nouvelle Star », diffusé à ce moment-là sur M6 !
Quel souvenir gardes-tu de cette aventure ?
French Tobacco : Superbe ambiance ! Une aventure très cool et très agréable, c’était un peu comme un Club Med en fait en y repensant.
Tout le monde était vachement sympa et il n’y avait absolument pas d’esprit de compétition entre nous.

Cela t’a notamment ouvert des portes par la suite ?
French Tobacco : Oui, ça m’a apporté les premiers contacts, en maison de disques notamment, et ça m’a permis également de savoir un peu ce qu’il fallait faire pour aujourd’hui pouvoir marcher dans ce marché français.
Outre les maisons de disques, j’ai eu beaucoup de travail également mais ça m’a surtout donné cette envie de continuer et c’est déjà pas mal.

Ton premier album, « Straight Ahead », est paru il y a un peu plus d’un an désormais, le 15 juin 2015 !
Pour autant, parles-nous en tout de même un peu…
French Tobacco : C’est un album qui était vachement important pour moi car c’était un petit peu le début de l’aventure French Tobacco, cela faisait un an que cela avait vraiment commencé et c’était une sorte de consécration en soi.
Pour moi, c’était important de pouvoir inclure toutes les chansons que j’avais écrites sur la route et j’ai eu cette possibilité, c’est donc une sorte de recueil en somme.
Cela m’a permis de passer une étape aussi et une fois que l’album était sorti, ce n’était plus à moi, c’était à tout le monde, donc c’était très agréable pour moi de dire « OK, c’est fait, je passe à autre chose maintenant ». Je le défends toujours et j’adore chanter ses chansons-là mais je suis content aussi de pouvoir travailler sur la suite désormais étant donné que j’écris beaucoup. Je veux surtout continuer à pouvoir être créatif, sinon je déprime. (Rires)

(Re)découvrez « Cry », le premier clip de French Tobacco :

Tu souhaitais faire passer un message par son biais ?
French Tobacco : L’envie de voyager, il faut que les gens voyagent plus. Il y a beaucoup de personnes qui restent parfois dans leur quartier ou leur ville et qui ne bouge pas beaucoup mais une fois que tu prends goût au voyage et que tu vois à quel point c’est étonnant et à quel point ça t’ouvre beaucoup de portes, ça finit par te donner de l’énergie et une philosophie qui est vraiment différente.

Un deuxième opus est-il déjà dans les tuyaux ?
French Tobacco : Oui, ça y’est ! J’ai terminé l’enregistrement, ça sort à la rentrée, entre septembre et octobre, je ne sais pas encore exactement quand.
En amont, il y a un clip et un premier single qui arrivent à la fin-août.

As-tu d’autres informations à nous donner à son sujet ?
French Tobacco : Ce sera beaucoup plus acoustique, c’est un vrai tournant par rapport au précédent opus.
La plupart des chansons, je les aie écrites dans ma chambre étant donné que j’ai beaucoup moins voyagé cette année car j’ai dû notamment défendre le premier opus et faire de nombreuses premières parties à Paris. C’est un album que j’ai évidemment envie que l’on écoute en voyageant mais aussi chez soi devant un bon feu de bois.

On y retrouvera des titres en français ?
French Tobacco : Aucun ! Pour moi, le français, c’est très important qu’il y ait une véritable signification et comme je ne suis pas français à la base, il faut vraiment que j’aime le texte et que je sois vraiment fière de mon oeuvre pour pouvoir la partager parce que sinon, je ne pense pas faire le poids dans cette langue.

Côté scène, tu as donc enchaîné les premières parties ces derniers mois, notamment de Jeff Beck, Melody Gardot, Beth Hart ou encore Eros Ramazzotti !
C’est formateur ?
French Tobacco : C’est extrêmement formateur ! En 1 an, j’ai pris beaucoup d’expérience, c’était génial et c’était assez fou au final de pouvoir rencontrer ces gens-là qui sont par ailleurs très intéressants et qui n’hésitent pas à te partager leurs expériences personnelles, leurs conseils etc…
Tu découvres beaucoup de choses et tu apprends aussi à t’habituer à la scène. Avec ma valise, on a fait les 400 coups maintenant donc c’est très drôle.French Tobacco 03

Quel en est d’ailleurs ton meilleur souvenir ?
French Tobacco : Je garde de chaque première partie un souvenir excellent. Ce n’est pas pour faire le fayot mais c’est comme lorsque l’on me dit « raconte-moi une blague », sur le moment, je n’en ai aucune qui me vient à l’esprit mais en y repensant, ça finit par venir et je me dis à chaque fois « P*tain, quand j’ai fait ça, c’était génial ». (Rires)
Généralement, mon passage favori, c’est lorsque tu commences la dernière chanson, que tu l’annonces et quand tu entends parfois un petit « Oh bah non », à ce moment-là, tu es super content car la personne ne te connaît pas forcément, elle ne t’attendait pas non plus, mais elle a apprécié et c’est le principal.
Le but, c’est de me faire connaitre et de montrer un peu aux gens, de le faire ressentir ce que j’ai ressenti chez moi, dans ma chambre ou en voyage en écrivant ce morceau.

Pour les personnes qui nous lisent peut-être, ça ressemble à quoi justement French Tobacco sur scène ?
French Tobacco : Ça ressemble à un mec qui tape sur une valise comme s’il tapait sur une batterie avec le pied droit mais également sur un tambourin avec le pied gauche.
Ensuite, il y a la formule guitare-voix, c’est très simple et épuré. Il n’y a pas d’effets spéciaux incroyables non plus, c’est moi, ma gueule, ma guitare et ma valise.
J’espère que ça vous plaira…

Il se voit où dans 10 ans French Tobacco ?
French Tobacco : Au même endroit, à la même interview et on verra ce que j’aurais à dire cette fois ! (Rires)
On verra bien, d’ici là, ton blog sera peut-être devenu l’un des blogs les plus lus de France voir du monde et puis j’espère surtout que d’ici là j’aurais peut-être une deuxième guitare avec moi, sait-on jamais. Dans 10 ans en tout cas, je serais où je dois être !

Tes projets pour la suite ?
French Tobacco : Vacance, soleil, nana… (Rires)
Non, vacance et soleil, ça c’est certain mais également mojito, musique et préparation pour la rentrée aussi.

Un beau programme au final ! (Rires)
French Tobacco : Un très beau programme !
De plus, à la rentrée, je voudrais pouvoir également faire un développement différent de ce que j’ai déjà pu faire d’un point de vue marketing pour le premier album. Avec le label, c’était génial mais maintenant que je suis indépendant, je veux vraiment faire les choses via internet et cibler les personnes qui sont prêtes à écouter et à recevoir les messages. Ça prend du temps de bien choisir les personnes et de réunir une petite équipe.

Écoutez « Straight Ahead », le premier album de French Tobacco :

FACE B :

Ton premier souvenir musical ?
French Tobacco : Avec mon meilleur pote, il faisait de la guitare, je faisais de la batterie et puis on faisait de la musique d’adolescent de 12 ans dans un studio à Paris. On reprenait beaucoup de Muse et on le faisait très mal. (Rires)

Ton premier coup de coeur musical ?
French Tobacco : Sans hésitation, « Plug In Baby » de Muse.

À l’inverse, ton dernier coup de coeur musical ?
French Tobacco : Little Barie, j’ai découvert la musique dans la B.O de la série « Better Call Saul ».

La première chanson que tu as chantée ?
French Tobacco : Surement dans ma chambre en dansant, « Daddy DJ », c’était Rock’n’Roll à l’époque… Où pas… (Rires)

La chanson qui te fait pleurer ?
French Tobacco : « If You Want the Rainbow (You Must Have the Rain) », la reprise de Norah Jones.

Au contraire, la chanson qui te fait danser ?
French Tobacco : Worakls avec la chanson « Salzburg ».

Ton fantasme musical ?
French Tobacco : Ils sont un peu tous mort donc c’est compliqué mais si je pouvais en déterrer un, ce serait Jeff Buckley.

Ton meilleur souvenir de scène ?
French Tobacco : Quand un jour j’ai fini un concert en première partie et que les gens se sont levés. Pour moi, à mon stade, c’était très touchant…

(Re)découvrez la session acoustique du titre « On My Knees » de French Tobacco :

Si tu étais un pays ?
French Tobacco : Je serais la Finlande, parce que ma mère est suédo-finlandaise et que là-bas, les paysages sont absolument somptueux, il y a de grands lacs, c’est très naturel et puis il n’y a pas encore trop de monde.

Si tu avais le moyen d’avoir un super-pouvoir, n’importe lequel, ton choix se porte sûr ?
French Tobacco : Ce n’est pas une question que je me pose souvent !
Apprendre rapidement, tout, si tu veux jouer du piano, en deux secondes tu l’apprends et c’est terminé. Ce serait très pratique !

Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour la suite ?
French Tobacco : On va faire clicher, on va dire du bonheur, de belles rencontres aussi et j’espère pouvoir encore apprendre beaucoup de choses sur la route.

Je te donne carte blanche pour le mot de la fin, c’est à toi…
French Tobacco : Amusez-vous bien cet été, éclatez-vous et n’hésitez pas à écouter le nouvel EP qui sort à la rentrée et le nouveau single qui arrive à la fin de l’été.

LA PLAYLIST DE FRENCH TOBACCO :

À chaque fin d’interview, le blog demande à l’invité de dévoiler ce qui se cache à l’intérieur de sa PlayList. Alors, il écoute quoi French Tobacco en ce moment ?

La PlayList de French Tobacco est également disponible sur Deezer et Soundsgood.

Mes remerciements vont à French Tobacco pour ses réponses et sa sympathie, à Vanessa Albertolli, sa manageuse, pour son immense professionnalisme mais également aux équipes du festival Music en Ciel de Saint-Priest pour leur accueil toujours aussi agréable et exemplaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s