L’interview de Benoît Dorémus : Portrait d’un poète à la plume acérée !

Benoît Dorémus fait assurément partie de ses artistes qui assurent le renouveau de la chanson française ! Né au début des années 80, cet auteur-compositeur-interprète de talent sortait il y a quelques semaines son troisième album, « En Tachycardie ». Un opus empli de tendresse et de diversité entièrement réalisé grâce au financement participatif. À mi-chemin entre Renaud et Eminem, Benoît Dorémus nous livre avec ce disque une véritable poésie du quotidien qui ne devrait laisser personne indifférent.

C’est dans la petite salle lyonnaise À Thou Bout d’Chant que j’ai eu l’occasion de le rencontrer afin de lui poser quelques questions sur ce nouveau projet mais également sur sa collaboration avec de grands noms de la chanson française (Francis Cabrel, Maxime Le Forestier, Alain Souchon etc…). Portrait…

L’interview de Benoît Dorémus :

FACE A :

Benoît Dorémus 02.JPGBonjour Benoît, est-ce que tout va bien ?
Benoît : Oui, tout va très bien, c’est une période assez chouette. Tu arrives à la fin d’une semaine de répétition et de premiers concerts, c’était une période un peu décisive et fatigante, je ne vais pas le cacher. On a fait beaucoup de routes, on a eu beaucoup de stress, beaucoup de petits problèmes techniques à régler qui sont tout à fait normaux mais tout va bien au final.

Pourrais-tu te présenter quelque peu aux lecteurs du blog ?
Benoît : Mon nom doit être marqué en haut du blog, je présente mon quatrième album qui s’appelle « En Tachycardie » et je fais de la chanson depuis près d’une douzaine d’années maintenant. Voilà mon petit parcours de chanteur, je vis à Paris, il y a des hauts et des bas dans cette carrière mais je suis passionné par ce que je fais et je suis un mec plutôt heureux qui trouve l’épanouissement dans l’écriture et la musique.

Ton précédent album « 2020 » est sorti en 2010, tu reviens cette année avec « En Tachycardie ». Qu’as tu fait pendant toutes ces années ?
Benoît : J’ai fait beaucoup de concerts, une tournée acoustique avec Alexis HK et Renan Luce qui sont deux bons copains en 2011 et par la suite, j’ai fait aussi pas mal de scène en étant seul avec ma guitare.
Sans sortie d’albums, c’est moins médiatisé mais ce n’est pas pour autant qu’un chanteur ne travaille pas. En parallèle, j’ai également écrit énormément de chansons. Sur « En Tachycardie », il y en a 14 mais j’en ai rédigé près de 25 en tout, je les aient rodés sur scène pour en éliminer quelques-unes, pour en garder d’autres. J’ai participé à énormément de projets à droite à gauche et j’ai aussi un peu souffert de cette attente car si cet album a mis autant de temps à se faire ce n’était pas que volontaire. Il y a eu une période d’attente un petit peu pénible mais qui est commune à beaucoup de chanteurs de ma génération mais j’ai continué mon métier de chanteur un peu moins sous les lumières que lorsque l’on sort un disque mais maintenant je suis de retour !

Benoît Dorémus 03Pour ce nouveau disque, tu as fait un choix d’indépendance en réalisant notamment une collecte sur KissKiss BankBank dont l’objectif fut atteint en moins de 24h. Ça rassure j’imagine…
Benoît : Énormément ! Ça rassure, c’est très gratifiant, c’est très valorisant et ça donne du courage aussi. C’était vraiment une très bonne surprise…

Cet album, « En Tachycardie », parle-nous en un peu…
Benoît : Comme c’est le petit dernier, évidemment, c’est mon préféré ! J’en suis très fière parce qu’il a justement été réalisé sans maison de disques, j’ai donc tout fait moi-même de A à Z avec tout de même mon manager et des partenaires mais on a dû faire à deux ce que faisait avant 50 personnes. C’est un métier qui a beaucoup changé et au final, nous y sommes arrivés techniquement car il y a mille choses à organiser mais je suis surtout arrivé artistiquement à faire tout ce dont j’avais envie dans ma tête depuis 15 ans, notamment au niveau des arrangements et de l’orchestration. J’en suis vraiment très fière et comme tous mes albums, c’est un disque très personnel où il est beaucoup questions d’histoire de cœur et c’est d’ailleurs pour cela qu’il se nomme « En Tachycardie ». C’est un album où les émotions que l’on ne maîtrise pas forcément ont une place importante d’où l’idée d’un cœur qui bat un peu trop fort et un peu trop vite.

Découvrez « Bêtes à chagrin », le nouveau clip de Benoît Dorémus :

Tu as notamment collaboré avec Francis Cabrel, Renaud ou encore Alain Souchon, comment ont eu lieu toutes ses rencontres ?
Benoît : J’ai couché ! C’est la règle numéro 1 dans le métier.
Plus sérieusement, c’est des rencontres très différentes à chaque fois.
Renaud, je l’ai rencontré il y a 10 ans et il reste un ami très proche, très attachant et très touchant.
Francis Cabrel, c’est suite aux rencontres d’Astaffort que j’ai faites il y a 2 ans et demi maintenant. Il s’agit d’une sorte d’atelier d’écriture qu’il organise dans son village depuis une vingtaine d’années où auteurs-compositeurs-interprètes se retrouvent pour travailler ensemble pendant une dizaine de jours et c’est là qu’il m’a découvert.
Alain Souchon, je peux moins dire que l’on ait travaillé ensemble, ce serait mentir. Il est venu chanter une phrase sur mon album, ce qui est déjà énorme, parce que je cite l’une de ses chansons dans l’une de mes chansons et il est venu enregistrer cette petite phrase chez moi, c’est plus un clin d’œil au final.
Je rajouterais également Maxime Le Forestier en revanche qui m’a composé une musique sur l’un des morceaux et c’est aussi quelqu’un qui me soutient et me suis de très près.Benoît Dorémus 04.jpg

Tu seras en concert les 23, 24 et 25 mars prochains aux Trois Baudets à Paris. Ça ressemble à quoi un live de Benoît Dorémus ?
Benoît : C’est une formule toute nouvelle, c’est vrai que cela fait maintenant 4 ans que je suis seul avec ma guitare parce que le temps de faire le nouvel album, c’était une formule comme ça. Ça m’a permis de beaucoup progressé et d’aller à la rencontre d’un nouveau public, notamment en première partie de Francis Cabrel et là, on n’est donc trois sur scène pour un album qui est très arrangé, où il y a beaucoup de choses donc on a quand même voulu restituer l’ambiance de l’album seulement à trois, c’est un petit challenge assez ambitieux donc ça fait que maintenant sur scène, il y a des choses que je n’avais pas avant comme un ordinateur, des machines, des samples et ça pareil, c’est une chose dont j’avais envie depuis très longtemps et je trouve qu’à trois, on arrive à faire un truc qui plaît aux gens, il y a une énergie que je voulais rendre et j’ai l’impression que nous sommes en train d’y arriver, donc on est content mais c’est encore en phase de rodage.

Il se voit où dans 10 ans Benoît Dorémus ?
Benoît : Aucune idée ! Je crois que c’est commun à toute notre génération, la projection dans l’avenir c’est difficile. C’est pour cela que j’avais appelé mon album « 2020 » parce que je m’étais écrit une lettre à moi-même sous enveloppe qui disait « Ne pas ouvrir avant 2020 » car l’avenir est tellement incertain, inconnu et quand on y réfléchit terriblement terrifiant que c’est une question que je ne veux pas me poser.
En revanche, ce que j’espère, c’est que je serais toujours chanteur puisque c’est ce que je veux faire depuis toujours, j’espère aussi que mon public aura continué à grandir et que j’aurais fait des chansons intéressantes, c’est ce que j’espère vraiment. Avoir une petite vie de famille aussi ce serait bien.

Tes projets pour les semaines à venir ?
Benoît : La tournée commence donc je suis très concentré là-dessus, ça va être assez intensif et j’ai juste hâte de me remettre à écrire parce que c’est vrai qu’avec tout ce qu’il y a à faire quand on sort un album, on est forcément un peu coupé de la création et de l’écriture et ça commence à me manquer.

Écoutez « En Tachycardie », le nouvel album de Benoît Dorémus :

FACE B :

Ton premier souvenir musical ?
Benoît : C’est assez précis ! La première mélodie qui m’est vraiment bouleversée et touchée dont je me souvienne, c’était la chanson de Kim Wilde « Cambodia ». Ça devait passer à la radio lorsque j’avais 5-6 ans et je trouvais cette mélodie vraiment mélancolique.

Ton premier coup de cœur musical ?
Benoît : C’est Renaud ! Je l’ai découvert lorsque j’étais encore enfant, quand on n’a pas forcément l’âge d’écouter Renaud ou en tout cas de le comprendre. Mes grands frères écoutaient ça, je leur avais piqué une cassette de l’album « Morgane de toi », je l’écoutais à mon tour lorsque j’avais 8 ans et ça m’a parlé profondément.

À l’inverse, ton dernier coup de cœur musical ?
Benoît : Cécile Hercule, elle est sur le point d’enregistrer un nouvel album mais ses chansons me touchent beaucoup. Elle était aux rencontres d’Astaffort justement avec moi il y a 2 ans, je l’ai découvert à ce moment-là. Elle a un véritable sens de la mélodie et elle est très touchante.

Visionnez la bande-annonce de l’album « En Tachycardie » de Benoît Dorémus :

La première chanson que tu as chantée ?
Benoît : La première fois que je suis monté sur scène avec ma guitare, on a commencé par un instrumental et on jouait « La Foule » d’Édith Piaf pour ouvrir mon petit concert. C’était dans un bar parisien et j’avais 22 ans.

La chanson qui te fait pleurer ?
Benoît : Je ne pleure pas facilement mais j’aime bien « Son bleu » de Renaud, elle me touche beaucoup.

La chanson qui au contraire te fait danser ?
Benoît : Soyons fous, « La Bamba ».

La chanson que tu peux chanter entièrement de mémoire ?
Benoît : « Carrément méchant » d’Alain Souchon.

Ton fantasme musical ?
Benoît : Eminem, tu as dit fantasme, je me suis fait plaisir.

Benoît Dorémus 05Ton meilleur souvenir de concert ?
Benoît : J’ai beaucoup d’excellents souvenirs mais la tournée « Seul à trois » avec Alexis HK et Renan Luce, ce fut une petite parenthèse pour tous les trois où on a tellement rigolé. Il y a notamment un concert, un dimanche où l’on était très fatigué, on avait chanté toute la semaine, on s’est retrouvé dans un lieu très improbable, on a craqué nerveusement et on est parti tous ensemble dans un fou rire sur scène à la première chanson. C’était la première fois que j’avais un fou rire sur scène. Il s’est bien évidemment propagé dans la salle et on arrivait plus à s’arrêter.

Si tu avais le moyen d’avoir un super-pouvoir, n’importe lequel, ton choix se porte sûr ?
Benoît : Voler ou voyager dans le temps, c’est difficile de choisir mais je prendrai sûrement la seconde option.

Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour la suite ?
Benoît : D’écrire de belles chansons.

Je te donne carte blanche pour le mot de la fin, c’est à toi…
Benoît : Si des gens lisent ceci, qu’ils font de la musique et qu’ils trouvent cela difficile. Qu’ils sachent que ça ne s’arrête jamais de l’être car quand on n’a pas de succès, c’est difficile, quand on a un peu, c’est difficile et quand on en a beaucoup, c’est encore plus difficile.
En ce moment, je prends beaucoup de plaisir dans l’instant présent, dans le fait de faire de la musique pour faire de la musique et comme on me demande parfois des conseils, c’est celui que je donne. Prendre le plaisir là où il est parce que la musique est tout de même devenu un métier difficile pour s’épanouir.

Benoît Dorémus - En Tachycardie #01

 

LA PLAYLIST DE BENOÎT DORÉMUS :

À chaque fin d’interview, le blog demande à l’invité de dévoiler ce qui se cache à l’intérieur de sa PlayList. Alors, il écoute quoi Benoît Dorémus en ce moment ?

La PlayList de Benoît Dorémus est également disponible sur Deezer et Soundsgood.

Je tiens à remercier Benoît Dorémus pour sa gentillesse et sa disponibilité, Xavier Chezleprêtre pour son professionnalisme légendaire ainsi que Matthias et Lucas de la salle À Thou Bout d’Chant pour leurs accueils toujours exemplaires.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s