Rencontre avec Ycare !

Que de chemin parcouru pour Ycare depuis sa participation en 2008 au télé-crochet « Nouvelle Star ». L’artiste aux 3 albums et aux innombrables dates de concerts a récemment fait un choix, celui de l’indépendance. Un bien grand mot dit-il. Mais ce choix, c’est avant tout la possibilité de présenter ses chansons directement à son public via la plateforme KissKissBankBank. Le chanteur propose en effet aux internautes d’acheter des boxes avec différentes contreparties selon les contributions (il y a même une Porsche 911 et un frigo américain… oui, vous avez bien lu).
Lors de son passage à Lyon dans le cadre de sa nouvelle tournée « Entre deux tours », j’ai eu l’occasion de le rencontrer afin de lui poser quelques questions. L’interview d’Ycare, c’est à lire dès maintenant…

L’INTERVIEW D’YCARE !

FACE A :

Bonjour Ycare, est-ce que tout va bien ?
Ycare :
Ça peut aller plus mal, ça peut aller mieux, mais ça va en général.

Il y a quelques jours tu as quelque peu surpris ton public qui attendait un 4ème album en annonçant ton choix d’indépendance, qu’est-ce qui t’a poussé vers cette direction ?
Ycare :
Le fait que j’écrive bien plus que ce qu’une maison de disques pouvait m’offrir comme fenêtre de tir. Un disque tous les 2-3 ans avec 12 titres dedans, c’est beaucoup trop peu pour moi. J’en écris plus, j’ai donc l’ambition d’en délivrer plus, je suis toujours frustré qu’il n’y ait que trop peu de titres. J’ai envie de pouvoir sortir 5-6 titres tous les trimestres. Il y a 4 trimestres, 4 saisons, ça ressemblera un peu à des collections de modes.12118959_10153698817549458_2144554990624441483_n

Tu as donc lancé une collecte sur KissKiss BankBank afin de donner vie à ces nouveaux projets et cette fameuse collecte à franchi la barre des 100% en moins de 5 jours, ce n’est pas un peu fou tous ces chiffres ?
Ycare :
C’est fou et en même temps, c’est rassurant. Après, on s’est lancé un nouvel objectif pour faire un clip parce qu’il ne s’agit pas du principe que je gagne de l’argent là-dessus. L’argent que je gagne, je le réinvestis dans le projet pour en faire un plus grand.

Tu es l’auteur du tout dernier single de Zaz, « Si jamais j’oublie », comment a eu lieu cette collaboration ?
Ycare :
À la base, je l’avais écrit à un moment délicat de ma vie et c’est un pur hasard, c’est le destin qui a choisi qu’elle l’interprète. Je l’avais chanté au Trianon et il est tombé dans les oreilles de l’un de ses producteurs qui lui a fait écouter. Elle a aimé le titre et elle m’a appelé. Je ne pouvais avoir de meilleure ambassadrice qu’elle pour ce titre, donc évidemment, je lui ai offert.

Pourrais-tu nous faire un résumé des nombreuses collaborations que tu as effectuées ?
Ycare :
Amel Bent, Nolwenn Leroy, Garou, Joyce Jonathan, Florent Mothe, Louis Delort, Mireille Mathieu, Zaz, Lilian Renaud et d’autres que je ne peux pas encore dire…

Cette saison, tu as renouvelé ton contrat de « Chasseur de sons » pour l’émission « Music Explorer », quel souvenir gardes-tu de cette expérience ?
Ycare :
C’est extraordinaire ! Ce truc-là devrait être beaucoup plus vues, c’est un super programme. Je ne sais pas si on change de chaîne l’année prochaine, je ne sais pas si on le refait, je ne sais pas du tout mais moi, je suis chaud. Ça déchire, j’appelle ça « The Voice en terre inconnue », on voyage et c’est vraiment enrichissant autant pour nous que pour eux. Nous ne sommes même pas dans une position de juré, on n’est vraiment spectateur de tout ça, on s’en prend plein la poire. À la fin, ils nous incombent la responsabilité de décider qui va venir mais je te jure que le perchman, le caméraman etc… les gars tous autant qu’ils sont, nous sommes souvent unanimes sur celui qui va venir tellement ça saute aux yeux et c’est vraiment un programme extraordinaire.

Parlons maintenant concert, Ycare, ça ressemble à quoi sur scène ?
Ycare :
Il ne sait pas trop, parce qu’il n’aime pas trop les miroirs. Ça ressemble aux gens qui viennent le voir j’ai envie de dire. Lorsque je regarde à peu près, c’est des gens plutôt sensible, des gens adultes, des gens responsables qui n’ont pas forcément choisi d’être responsable mais que la vie obligent à être responsable et qui ont cette fenêtre-là vers les étoiles que constitue un concert. Voilà, je pense que je ressemble aux gens qui viennent me voir.

Quels arguments utiliserais-tu pour donner l’envie à nos lecteurs de découvrir ton univers ?
Ycare :
Si tu n’as rien d’autre à faire, alors viens.

Tes projets à venir ?
Ycare :
Continuer à écrire des chansons pour moi et pour les autres mais surtout faire des concerts et rencontrer des gens sur la route.

FACE B :

Ton premier souvenir musical ?
Ycare :
« Aline » de Christophe, j’étais tout petit, il y avait un band qui jouait ça au bord d’une piscine au Sénégal et quand il a posé la basse, je me rappelle très bien, j’étais mouillé, j’ai touché la basse et ça m’a électrocuté. La musique m’a immédiatement mis les doigts dans les prises. (Rires)

Ton premier coup de coeur musical ?
Ycare :
Francis Cabrel, c’est lui qui m’a donné l’envie de prendre une guitare et d’écrire.

Le premier disque que tu as acheté ?
Ycare :
« 666.667 Club » de Noir Désir.

La première chanson que tu as chantée ?
Ycare :
« Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai » de Cabrel.

Ton tout premier concert ?
Ycare :
À Montpellier, dans un café qui s’appelait « Le Collectionneur », en face de la fac de droit, il y avait 2 personnes, le barman et moi.Ycare Live
(Rires)
Ycare : Je ne blague pas… (Rires)

Ton meilleur souvenir de concert ?
Ycare :
Chacun à un goût différent, mais le dernier au Café de la Danse, même si ce n’est pas la plus grande salle, ça aurait pu être le TrianonLa Cigale qui sont des salles plus prestigieuses à Paris, mais là, c’est ce dernier parce que l’on a juste fait un post sur Facebook et c’était complet. Pas de promo, pas de maison de disques, rien, c’était juste les gens qui me montraient encore une fois, comme pour le projet de collecte, qu’ils étaient là et ils m’ont donné foi et j’avais l’impression d’avoir gagné un match de foot à ce concert.

La chanson qui te fait pleurer ?
Ycare :
« Ces gens-là » de Jacques Brel, ce qu’il y a de pire, c’est d’accepter la tiédeur de la vie.

La chanson qui au contraire te fait danser ?
Ycare :
« Three Little Birds » de Bob Marley.

Ton fantasme musical ?
Ycare :
Fantasme musical je ne sais pas mais j’aimerai bien écrire une chanson à Johnny Hallyday, j’ai loupé la dernière fois mais s’il fait un 51ème disque, j’aimerai en être.

Si tu avais le moyen d’avoir un superpouvoir, n’importe lequel, ton choix se porte sûr ?
Ycare : Celui d’être heureux.

Si tu étais un pays ?
Ycare :
Le monde.

Un film ou une série à voir absolument dans sa vie ?
Ycare :
Breaking Bad.

Je te donne carte blanche pour le mot de la fin, c’est à toi…
Ycare : Soyez heureux. Aymeric c’est un super gars, donc faîtes tous des interviews avec lui sur son blog les autres artistes.

LA PLAYLIST D’YCARE :

À chaque fin d’interview, le blog demande à l’invité(e) de dévoiler ce qui se cache à l’intérieur de sa PlayList. Alors, il écoute quoi Ycare en ce moment ?

La PlayList d’Ycare est également disponible sur Deezer.

Merci à Ycare et à son manager Nicolas de m’avoir accordé cette interview.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s